Balance ton corps de Bertoulle Beaurebec

Le livre ?

Bertoulle Beaurebec, Balance ton corps – Manifeste pour le droit des femmes à disposer de leur corps, Editions La Musardine, 2020, 171 pp. (17 euros).

Le résumé de la maison d’édition ?

Le manifeste d’une travailleuse du sexe afroféministe pour la liberté des corps et le droit
à une sexualité décomplexée. Après la vague MeToo et la libération de la parole autour de la sexualité féminine, de nouvelles voix du féminisme pro-choix s’élèvent. Bertoulle Beaurebec est l’une d’entre elles.

À seulement 24 ans, c’est son expérience déjà étendue de travailleuse du sexe et sa vision inclusive de la condition des femmes qui l’ont amenée à développer sa philosophie de vie :

  • les grands principes qui président à l’art d’être une salope  ;
  • une critique acerbe de notre société  » coincée du cul  » ;
  • un plaidoyer pour l’éducation sexuelle des plus jeunes et l’avènement d’une masculinité positive.

Au fil du texte, l’auteure pose les fondations de son monde idéal : une société où le sexe ne serait plus un tabou mais un sujet comme un autre, enseigné à l’école pour former des citoyen.ne.s éclairé.e.s.
Un témoignage incarné, qui trace les contours d’une pensée féministe inédite, qui bouscule, en accord avec son temps.

Pourquoi il faut lire ce livre ?

Parce qu’il est tout simplement passionnant ! On y découvre un magnifique texte, intelligemment écrit, parsemé de petites saillies pleines d’humour.
Partant du complexe de Lilith et Eve, l’autrice y aborde la place de la femme dans une société façonnée par la domination masculine. Elle y montre comment s’est façonnée l’image de la femme inférieure à l’homme et comment on a édifié un certain nombre de paradigmes comme des remparts à la liberté de disposer de nos corps : la femme tentatrice – et en échos l’homme faible incapable de résister, la femme louve pour la femme pour empêcher la sororité, l’intégration dans l’éducation du critère de respectabilité… autant d’éléments qui permettent aux hommes de vivre leur meilleure dans une société patriarcale et hétéronormative avec le soutien de certaines femmes (sexisme intégré, bonjour). Ces pages passionnantes laissent place au questionnement sur le regard que la société porte sur les travailleurs et travailleuses du sexe et nous offrent une réflexion plus globale sur le travail dans le chapitre « nous sommes tou.te.s des putes » qui ne manque pas de saveur. Elle met en abîme l’argument favori des abolitionnistes notamment avec les « filles de joies tristes » pour mieux en montrer les limites… Les réflexions de l’autrice s’enchaînent avec fluidité et nous amènent à s’interroger bien au-delà de la sphère du travail du sexe, parce qu’elle écrit en tant que femme, afropéenne, pansexuelle, TDS qui revendique toute la noblesse de la Salope.
Le dernier tiers du livre est un appel à ce droit à l’indifférence qu’ont les hommes et dont on nous prive. Elle y développe s
es grands principes au nombre de 5 pour être une meilleure personne, celle que l’on veut être… Je ne divulgâche pas le livre mais ce sont de merveilleux préceptes.

Il s’agit d’un hymne à la bienveillance.

D’abord, envers soi-même (soyez une salope si vous le voulez, soyez celle que vous voulez être avec tout le panel de nuances que vous offre l’existence mais prenez conscience de votre force, de votre pouvoir, de vos envie. Reprenez le pouvoir, sentez vous puissante d’être vous.

Ensuite, envers les autres femmes : cessez de les jugez, cessez de vouloir leur imposer vos normes, acceptez les comme elles sont , faites montre de sororité…

Enfin, envers l’humanité…

Ce livre est un appel à la déconstruction des schémas hétéronormatifs patriarcaux qui veulent rouler dans la fange la salope et porter aux nues la virilité, cette masculinité toxique…
C’est intelligent, c’est drôle, c’est tendre, c’est optimiste…

error

Vous aimez ce site ? Faites passer le mot :)

RSS
Follow by Email